Je vis

20110517-100042.jpg

Je suis la, pas trop loin. Je vis a 100 km/h. Comme je conduis bien je n’ai pas d’accidents mais je garde les yeux sur la route…

J’ai eu une panne et la le plein est fait donc…

La vie avec un Ipod!

Dernièrement je me suis procurée un Ipod.  Je dois avouer que j’adore ça.  Surtout que je venais sur mon ordinateur pour lire mes courriels, faire un petit tour de temps en temps sur Facebook ou lire des blogues et y commenter et finalement écrire sur mon blogue.  Avec mon Ipod je peux tout faire ça en version express.  Je peux consulter rapidement des choses sur Internet sans m’installer devant l’ordi.

Je n’ai pas la dernière génération du Ipod avec appareil photo.  J’ai l’autre d’avant – un 32 Ko.  Bien sûr on y retrouve ma musique, des photos, des videos (quelques Sex in the city…), des podcasts et…… DES APPLICATIONS!

Avant d’avoir un Ipod, une application ça ne me disait rien du tout.

En gros c’est comme un accès à un site internet en version mini qui fait que l’accessibilité par Ipod est plus facile.  Je pense par exemple à mon compte bancaire pour voir et faire des transactions, faire des virements.  Je pense à l’application Jean Coutu où je peux renouveller une prescrition en ligne, à Cineplex pour acheter des billets en ligne ou lire les nouvelles.

En gros voici mes quelques applications que j’utilise et que j’aime bien:

  • Un jeu de Mahjong : des heures de plaisir pour me détendre ou pour passer le temps dans une quelconque salle d’attente
  • IP pour Iperiod: ça c’est vraiment le top du top.  Une application pour suivre mes cycles d’ovulations, menstruelles et tout le kit.  On peut y indiquer nos symptômes, nos humeurs, nos dates de règles.  Ça peut nous calculer nos dates de règles d’avance en se basant sur la moyenne de nos cycles (super pour planifier nos vacances, pour savoir si on va avoir nos règles à la st-Valentin de l’an prochain ou autre!).  Celles qui planifient et tentent une grossesse ça vous dit vos dates d’ovulations.  Bref un outil indispensable pour toutes les femmes!
  • l’application de mon accès bancaire
  • j’aime bien aussi le chat « talking tom ».  – un passe-temps ridicule mais qui fait sourire quand on a les blues!
  • Un jeu qui s’appelle ‘diner dash »: en gros, tu es serveuse et tu dois t’assurer de placer les clients, prendre leur commande, les servir et vider les tables.  Pourquoi j’aime ça? Ça doit être mon goût pour gérer milles choses à la fois, le goût de faire plus, d’aller vite… fouillez-moi pourquoi!
  • Tou.tv : j’adore cette application.  Ça me permet d’écouter la quotidienne « 30 vies » à tous les soirs dans mon lit – 20 minutes, pas d’annonces c’est le top.  J’y regarde aussi Trauma et 19-2.  Super application que je ne pourrai pas me passer et qui me fait sauver du temps en ne regardant pas les annonces à la télé.
  • Nike training: une application pour s’entrainer: c’est comme avoir un coach pour soi, qui nous dit quelles exercices faires, comment les faire, les chronomètrent pour toi… bref une superbe application quand je trouve un semblant de volonté pour en faire  – soit 1 fois par mois!
  • les applications Facebook et twitter: je ne vais pas souvent sur Twitter (pour ne pas dire jamais) .  Pratique pour aller « woirer » ce que les amis disent
  • Le jeu Squiz : c’est un genre de Trivial Pursuit – une question avec 4 choix de réponses.  Ça me permet d’améliorer ma culture générale sur pleins de sujets tout en m’amusant.
  • l’application Louvre: ça vous permet d’y visiter le musée … à moindre coût!
  • l’application Wikipedia : pour y lire de tout!

En gros c’est ça.  J’en ai plusieurs autres mais d’intérêt moindre.

Et vous, c’est quoi vos applications préférées ????  Je gage un dix que vous aimez « Angry Bird »…

Apporte, je m’amène…

Ici c’est la confusion verbale dans ma tête.  Pourquoi? Parce que je n’arrive pas à me rentrer dans la tête la différence entre apporter et amener.  Pourtant j’ai réussi haut la main à ne plus mettre de « rai » après un « si » (On dit « si j’avais » et non pas « si j’aurai » NDLR)

Alors je lance à qui mieux mieux des « amène-moi ceci ou cela  Petit hom » … c’est une vraie blague.  Chaque fois que j’utilise les mots amener et apporter, il y a un gros point d’interrogation sur ma tête.

Ce n’est pas sans effort que mon Hom me rappelle : On apporte une chose, on amène quelqu’un.  Pourtant…

Soupir, je travaille là dessus!

L’école à la maison – la déscolarisation

Cet automne je suis tombée sur une émission de radio qui parlait des enfants qui ne vont pas à l’école parce que les parents (souvent la mère) restait à la maison pour éduquer leurs enfants et leur donner leur formation à la maison.

À prime abord, j’ai eu tendance à juger négativement la chose.  Comment une mère de famille peut se transformer en enseignante, arriver à montrer à ses enfants tout ce qui peuvent apprendre à l’école?

Ces mères n’étaient pas sans éducation.  Elles étaient outillées; les enfants devaient passer les tests conformes du Ministère, elles avaient des critères à respecter.

Pour celles qui font ce choix, la décision est souvent prise sur le fait que les enfants auront un encadrement individuel où chacun avance à son rythme, où les enfants peuvent explorer davantage et apprendre davantage en faisant, par exemple, des sorties culturelles tel que d’aller au Musée, des expériences de la vie.

Vous trouverez une série d’articles intéressants ICI .

Je n’ai pas de problèmes que certains parents puissent penser que leurs enfants peuvent apprendre autant en recevant l’école à la maison.  Par contre je doute encore grandement de l’efficacité non prouvé sur le long terme et sur le futur de ces jeunes.

Non, tous les enfants n’ont pas besoin de devenir médecin, savant, chercheurs ou génie.  Certains décrocheront, certains feront un métier, d’autres des études plus poussées.  Chacun trouvera sa voix dans la vie.

Mais je me questionne sérieusement si ces enfants ne partent pas hypothéqués.  Dès que l’on sort d’un moule de société il ne faut pas se surprendre à frapper des murs quand vient le temps d’y retourner.

Il y a très certainement des lacunes dans notre système d’éducation.  Rien n’est parfait.  Mais je suis d’avis qu’ils faut laisser aux experts ce qu’ils ont à faire.  Les experts ce sont les enseignants, les éducateurs, les directeurs et tous les gens qui se trouvent dans le milieu de l’enseignement.  Toutefois, leur laisser à eux seul la tâche d’éduquer nos enfants est utopique.

Nous aimons nous faire prendre en charge généralement et c’est là que je trouve triste la constatation.  L’éducation et l’enseignement ne relève pas exclusivement au milieu de l’éducation.

C’est aussi la responsabilité de chaque parent de veiller à l’apprentissage de ses rejetons.  Il est possible de montrer à ses enfants des choses qu’il n’apprendra jamais à l’école.  C’est à nous de leur faire visiter des milieux éducatifs tel qu’une sortie au musée, s’asseoir avec lui pour faire une recherche sur quelque chose qui le passionne en dehors du cadre scolaire.  C’est à nous de lui donner le goût de découvrir, le goût de lire, le goût d’apprendre.

L’Homme est paresseux et s’il n’est pas poussé à avancer, il n’a pas de difficulté à rester statique à ne rien faire, à s’emmerder.

Ceci m’amène à la réflexion du syndrôme de la performance.  Est-il nécessaire que les enfants soient continuellement stimulés?  Ne peuvent-ils pas, de temps à autre, vivre comme des enfants?

À l’opposé de ceux qui sont dans le « vivre et laisser vivre » il y a ceux qui font des activités parascolaires à presque tous les soirs, qui ont des devoirs, des cours et sont continuellement avec la pression de performance sur le dos.  Laissez les enfants être des enfants avant de devoir devenir des adultes stressés et performants!

L’école à la maison ne sera jamais pour moi.  Je suis persuadée que je passerai à côté des étapes importantes dans l’apprentissage de mon enfant.  Il y a aussi des choses à l’école qui ne s’apprend qu’à l’école et qui ne pourrait être vu si je faisais l’école à la maison tel que la vie de groupe, la socialisation, la négociation, l’interaction sociale, le respect des consignes de groupe, le travail d’équipe, l’échange, le partage, l’amitié.

Lorsque nous arrivons sur le marché du travail il faut faire face aux patrons exigeants, il faut se lever chaque matin, il faut suivre un horaire (généralement à moins d’être son propre patron!), il faut faire avec nos collègues sympathiques et moins sympathiques.

Tout cela, je ne crois pas que ça puisse s’apprendre en restant à la maison avec maman pour « apprendre ».  Bien sûr qu’il saura compter, qu’il saura lire.  Mais saura-t-il le faire aussi bien que selon la norme?

Je pense que la mère a un lien affectif trop biaisé pour être capable de déceler des anomalies d’apprentissages.

Non personnellement je ne crois pas que c’est rendre service à un enfant que de lui faire l’école à la maison.

Mais bon, ça, c’est mon humble opinion et je suis peut-être dans le champs.  Je reste ouverte à vos arguments.

 

Oseriez-vous faire « l’école à la maison » à votre enfant ?

 

Sondage auprès de la gente masculine!

J’aimerais bien écrire un article humoristique à savoir ce que doivent faire les filles pour vous séduire, vous épater, vous impressionner vous les gars!

Pour cela j’ai besoin d’un peu de feedback…

Si la participation vous dit, écrivez-moi directement pour me faire part de vos commentaires à france.cocomademoiselle@gmail.com

Car voyez-vous, j’ai entre les mains les secrets des filles sur ce qu’elles aiment et recherchent de vous!!!

Pas besoin d’être long.  Ça peut même être en « point form » (liste)…

Amour d’adolescente

Je me souviens quand j’étais adolescente d’être souvent tombé amoureuse d’hommes plus vieux que moi.  Beaucoup plus vieux que moi.

Certains m’ont marqué plus que d’autres.

J’ai longtemps fantasmé sur mon prof de chimie.  Il s’appelait Sylvain.  Il était blond, grand, mince et ne se laissait pas marcher sur les pieds par les élèves.

Je le trouvais tellement beau mon Sylvain.  J’étais toujours excitée d’aller à mes cours de chimie.  Cela a aussi donné lieu à de piètres résultats en la matière car si j’écoutais le cours c’était les yeux dans la graisse de bine et la matière me passait par dessus la tête.

Il ne l’a jamais su.  Et c’est bien ainsi.

Puis il y a eu mon voisin.  Je devais avoir 14 ans.  Il devait en avoir 26 ou 28 ans.  J’en profitais pour aller chez lui quand sa blonde n’était pas là.  Il ne s’est jamais rien passé là non plus.  Je me souviens très bien de la jalousie que je ressentais quand je le voyais embrasser sa blonde.  Sa blonde était toujours gentille avec moi.  Mais je n’avais que faire de sa gentillesse, ayant probablement les hormones dans le plafond.

J’ai eu la chance de ne pas tomber sur des pédophiles, des profiteurs et des hommes malhonnêtes.  Non, ceux-là étaient sensés et ils ont compris que cette adolescente que j’étais ne connaissais rien à l’amour.  Ils devaient trouver ça mignon même.  Ils devaient bien voir mes « sous-entendu », mes flirts mais je ne disais jamais rien directement, je ne faisais rien non plus à mon souvenir.  J’attendais et je rêvais patiemment qu’un jour après le cours ou autre il me demande de venir ici et qu’il m’embrasserait. 

C’est une étape normale quand on grandit de tomber amoureuse d’une figure d’autorité, d’être en admiration devant la maturité d’un homme.

Et l’on oublie vite cette étape de la vie!

Le plus drôle dans tout cela c’est qu’aujourd’hui je n’aurai jamais d’attirance physique pour ces hommes qui me chaviraient tant!  Un grand blond frisé dans le genre de Jean Charest non ce n’est pas mon genre!!!

J’ai aussi longtemps rêvé de stars.  George Michael fut certainement mon plus grand coup de foudre ever.  Et non je ne me doutais pas une seconde qu’il était gay.  En fait je n’étais pas consciente de l’existance de l’homosexualité à cette époque. 

J’ai aussi beaucoup aimé Eric Estrada (le gars dans Chips).  Tellement que j’embrassais la télé!!!

Quand j’y pense je me trouvais intense en maudit!  Heureusement je me suis calmé depuis!

C’était quoi vos amours d’ados vous?

Le stress me ronge

Ça fait un bout de temps que je sens que quelque chose de différent est en train de se produire.  Je ne pouvais pas dire ce que c’était.

En mars 2010 je suis retournée travailler après un an d’absence suite à la venue de petit hom.  À priori cela ne me dérangeait pas.  Je ne trouvais pas que la conciliation travail-routine était difficile.  Papa va à la garderie avec fiston le matin et moi je commence à travailler tôt.  Je termine tôt et je vais chercher fiston à la garderie; s’ensuit la routine de soirée.  C’était pas si pire que ce que je pouvais m’imaginer et surtout de ce que j’entendais ici et là.

Puis vers septembre (6 mois plus tard) j’ai commencé à faire de l’anxiété.  Ça faisait longtemps que je n’en avais pas fais.  Plusieurs années je crois.  Pas de petites montées d’adrénaline, de vraies crises de panique où j’ai l’impression que je vais mourir, où je ne me sens pas bien, où je respire mal, où mes membres se sentent engourdis, où le sommeil tarde à venir malgré la fatigue.  J’avais un point entre les côtes en permanence.

J’ai vu mon médecin.  Un petit cachet plus tard et tout revient dans l’ordre.  Mon anxiété disparait.  Une bonne chose de réglé que je me disais.

Il n’en est rien.  C’était comme mettre un diachylon sur une plaie de gangrène.

Le grand méchant loup dans tout ça c’est le stress.

Le stress est bon à certains degrés.  Ça nous permet de nous dépasser, d’avancer, de changer.  Le stress peut aussi nous arrêter.

Je sais que c’est le stress qui me fait tout cela.  Moi je suis une super femme voyez-vous!  Je peux tout concilier sans problème.  Amenez-en des projets, amenez-en des arbres et je vais vous abattre ça en moins de temps qu’il ne le faut pour partir la scie!

La bouffe, le lavage, les jeux avec petit hom, les activités, les préoccupations au travail, l’exigence des patrons de faire toujours plus avec toujours moins et les milles petites choses qui viennent avec y’a rien là.  Tout le monde gère ça dans leur vie.  C’est chose courante.

Ben c’est ça, tout le monde est stressé.  Je suis la première impatiente sur la route parce que mon père (lire ici tous les retraités) prennent tout leur temps partout et moi chaque minute est compté.  Car lorsque j’aurai tout fait pour les autres (mon employeur, mon chum, mon fils, mes amis, ma famille) alors là, juste là j’aurai du temps pour moi.

Tsé quand il est rendu que d’aller seule à l’épicerie passe dans la catégorie de détente…

C’est ainsi.  C’est ainsi que la vie va.  C’est ainsi que les gens vivent: à 200 km tout le temps.

Faut faire des activités, faut performer, faut être bon, faut arriver à suivre les échéanciers.

Puis un beau matin, genre le 24 décembre,  je me suis réveillée, malade.  J’ai passé les Fêtes malade.  Sans stress.  Oui mais malade.

Encore là je me doutais bien que quelque chose ne va pas.  Mais bon tout le monde tombe malade.

Tout le monde? Non.  Les gens qui contrôlent mieux leur stress, qui en ont moins, qui font plus d’exercices ne tombent pas malade.

Je viens de faire un test ICI

Et voici mon résultat:

Quel est votre niveau de stress?

Votre total: 442

Votre dose de stress est très élevée. Il y a 80 % de risques que votre santé soit altérée au cours de l’année à venir. Il est primordial que vous vous donniez des façons de relaxer, sinon vous risquez de voir des conséquences sérieuses sur votre santé.

Le barême que nous utilisons est le suivant:

  • Moins de 150 points: stress modéré
  • Entre 150 et 300 points : stress élevé
  • Plus de 300 points : stress très élevé

Je pense qu’il est donc le temps pour moi de relaxer, de respirer, de déléguer…

Je vais commencer par ça : le Yoga

Parce que quand j’en faisais, ça allait mieux.  Je me sentais mieux.

Il y a certainement des facteurs de stress que je pourrai éliminer en commençant par être plus organisée.  Mais moi l’organisation ça me stresse!

Je me rends compte que tout cela est un cercle vicieux.

Et vous, c’est quoi vos trucs pour contrer le stress, pour mieux le gérer? Allez faire le test, vous m’en donnerez des nouvelles!  Suis-je la seule stressée ici???

 

Une petite douceur…

Un rituel du Mercredi par Cryzal . Une chanson qui a un sens ou une signification particulière pour vous. Une simple,importante, extraordinaire chanson. Une chanson que nous désirons nous souvenir, savourer et se rappeler pour toujours. Si vous êtes inspirées à faire la même chose, laissez ici un lien vers votre ‘chanson’ dans les commentaires pour que tous puissent aller le voir sur votre blogue.

 

Alors voici la mienne, toute douce, remplie de poésie.  Cette chanson m’apporte un grand calme, un bonheur serein, un beau souvenir personnel.  Elle m’émeut par ses doubles sens.  Merci Jean-Pierre pour cette beauté musicale.

Mon hit list!

L’année 2010 en fut toute une à travers le blogue.

J’ai eu des coup de coeur et des deuils à faire.  Je vous en présente quelques-uns ici et là, ils ne sont pas en ordre de préférence alors ne m’en tenez pas rigueur si vous êtes le dernier sur la liste!  Peut-être y ferez-vous quelques découvertes:

Il y a LA BELLE: ça c’est ma Martha Stewart à moi, une presque wonder woman.  En 2010 elle a 2 enfants en bas âge, elle s’amuse à faire toute sorte de choses de ses mains, mais elle se donne aussi 100000 défis qu’elle nous partage.  Entre autre de faire un marathon.  Elle s’est donc mise à la course de façon assidue pour accomplir cela.  Je vous le dis, moi elle m’épate en personne autant qu’en blogue!

Il y a CATELINA:  Elle se pose bien des questions sur sa nouvelle vie de famille.  Tant mieux.  Car elle obtient les réponses que je recherche.  Je me retrouve souvent dans ses écrits.  La différence: elle les écrit et pas moi.  Ça doit être ça l’angoisse de la nouvelle maman – tsé un premier enfant, pas de mode d’emploi… pas évident

Il y a CACAWET: un drôle de moineau, vraiment pas sérieux, les trop « stuck up » s’abstenir vous risquez d’être offusqué, il faut le prendre en riant.  D’ailleurs moi il me fait bien rire.  Comme il habite pas très loin de chez nous je suis certaine qu’un de ces 4 je vais le croiser à quelque part.  Who knows!  En tout cas un authentique qui ne passe pas par quatre chemins… je l’aime bien!

Il y a aussi CHUCK: je suis tombé sur son blogue par hasard.  Il était tombé dans une mini dépression de blogue au cours de l’année et je pensais bien que s’en était fini pour lui.  Ben non il est revenu depuis cet automne si je ne me trompe pas – à mon grand bonheur.  Il parle de tout, de rien.  Moi j’aime bien.  Il a son style.  Il est sympa.  Mais bon moi tous les gens de Québec je les trouve sympas!  Je ne me passerai pas de mon CHUCK!

Puis il y a PATRICK DION: il se passe de présentation.  Personnage plus ou moins connu pour certains.  Bien certainement moi je ne le connais pas personnellement mais j’aime bien son côté direct et jovial.  Peut-être se met-il des bâtons dans les roues en disant tout haut ce que les autres pensent tout bas mais là encore c’est son authenticité qui me plait bien.  Il a écrit un premier livre « Fol Allié ».  Je vous le suggère fortement.  J’ai adoré.  J’en ai parlé ici cette année.

Il y a aussi en EVYZAMORA une vérité crue, des mots sales qu’on ne veut pas toujours entendre et qui existe pourtant dans nos têtes.  Mon plaisir de la lire vient au fait qu’elle exprime son mal être dans un détail surprenant que je n’aurai pas la patience de faire.  Elle démontre bien que la réalité de la SUPER WOMAN est encore d’actualité.  Les femmes d’aujourd’hui veulent tant de perfections.  On s’y perds.  Oui on peut s’y perdre à tenter d’élever nos enfants, de travailler des heures de fou dans des emplois stressants et souvent moins rémunérés que les hommes, de ne pas se sentir coupable quand on ne fout rien, quand on veut penser à soi.  Il n’y a pas si longtemps, beaucoup de femmes restaient à la maison avec les enfants.  En tout cas ce fut le cas de ma mère.  Alors qu’avons-nous comme référence, comme expérience?  Bien peu… oui bien peu.  Mais nous ne sommes pas seules et ça fait du bien que de le savoir!

J’aime lire MÉTRO PAUL pour de courts textes saisissants.  C’est à se demander si c’est réel ou non.  Peut-être.  Le mystère qui l’entoure m’intrigue toujours.  Des mots percutants, voire ultra choquant.  Mais bon, bien peu de choses me choquent à outrance.  En fait je la trouve libératrice en quelque sorte.  On sent que tout ce qui est écrit c’est comme une rage refoulée qui passe par les mots.  La douleur est palpable et cynique.  C’est sombre, noir.  Pourquoi j’aime ça?  Aucune idée.  Elle m’intrigue c’est tout!

 

J’ai vécu aussi quelques deuils en 2010, des blogueurs qui nous ont littéralement quittés ou qui écrivent beaucoup moins à mon grand malheur.  Mais j’ai espoir.  Parce que ceux qui commencent à écrire un blogue ont ça en eux: ce désir de partager, ce désir d’écrire et d’exprimer quelque chose…

Il y a FRANKY: un blogueur que j’ai rencontré mais que j’ai aussi aimé lire.  Avec ses défis mathématiques, ses histoires du Grand Nord, de ses histoires tout court.  Ce n’était pas toujours sérieux mais justement c’est ce que j’aime de beaucoup de blogues.  Je travaille dans un environnement TRÈS sérieux, tsé la business c’est sérieux.. alors quelques folies ici et là ce sont des exutoires à peu de frais et à grand résultat de déstresseur!  Il en faisait partie…

Il y avait LA BELLE ET LE BÊTE: c’est un peu là que j’ai découvert toute une communauté.  Le Bête en question était autant authentique que comique.  Il prenait le temps de répondre à TOUS les commentaires de tout le monde en tout temps.  Il y avait beaucoup de commentaires justement et le pôvre hom a dû abandonner la tâche de plus en plus ardent.  La Belle aurait pû se fâcher et finir par le crisser là tant il avait à faire de son blogue.  Je comprends la belle dans le fond.  Alors le Bête (mon Drew soit dit en passant) a choisi une alternative moins « time consuming » qui s’appelle Facebook.  Je ne lui en veux pas.  Mais il me manque quand même.  Tsé il était comme mon « premier »… Miss you André et tes super niaiseries!

Il y a eu aussi le BARBARE ÉRUDIT: tsé celui-là qui mange du phoque cru en lisant du Baudelaire là… il est encore là.  Moins souvent aussi.  Quelques brèves passages avec du partage musical dans ses goûts bien à lui.  Ça me rejoint moins comme musique mais je ne prends pas de chance car j’ai fais quelques découvertes grâce à lui.  J’ose espérer qu’il reviendra aussi avec des articles divertissants.  J’ai appris beaucoup de choses à travers ce blogue.  Mi humour, mi culture.  Un melting pot.  Un gars sympa aussi rencontré en début 2010.  Je le soupçonne d’être trop occupé dans le Nord à manger du phoque… mais bon ça c’est mon opinion!

Le PAT DU PAT: Un personnage: Patrick Duval.  Un peu niais pour ne pas dire top con.  Trop drôle.  On voudrait lui donner une claque derrière la tête pour lui remettre les idées à la bonne place pis finalement non, on se bidonne trop à le lire.  C’est un peu comme se retrouver à un dîner de cons avec lui… j’ai adoré la saga.  Je soupçonne qu’il sortira en livre, en vidéo ou quelque chose.  Il a un talent fou le gars qui se cache derrière tout ça.  Je te souhaite le meilleur du meilleur pour 2011 mon Pat… Et pour ceux en manque de lecture et si vous ne le connaissiez pas, je vous suggère fortement de lire son blogue depuis le début!  C’est vraiment incroyable!

 

Mais bon il y a pleins d’autres personnes que j’aime lire, certains toujours très actifs et d’autres moins (comme moi!) :

ma Samantha, maman à bord, les non-bloggeurs, noisette sociale, le blogue de Cindy, Jane, ti-guy, cryzal, la lionne, julie (la mère est calme)…

J’en oublie.  C’est sûr que j’en oublie.  Que voulez-vous… c’est comme ça la vie quand on commence à vieillir (ou à manquer de temps pour finir le billet commencé!)

Merci à vous tous d’être là!  Les blogues c’est ce que j’aurai voulu avoir à 15 ans…