Les manifestations, la grève et les étudiants.

Depuis le début de la grève, je résiste à la tentation de commenter quoi que ce soit.

J’ai, moi aussi été étudiante. Chaque sou que je faisais comptait . Mes parents n’ont pas payés mes études, ni mon appartement et ni ma bouffe. J’ai débuté mes études en Ontario. Puis le coût plus élevé de la vie à Ottawa m’a décidé à déménagé au Québec même si j’ai dû retourner au cégep plutôt que l’université.

Après mes études, un DEC en finance et plus de 22000$ de prêt étudiant à rembourser j’ai travaillé, je me suis perfectionné, j’ai fais mon CCVM. J’ai eu la chance de perfectionner mon anglais en habitant en Ontario.

Je n’ai peut-être pas eu le parcours le plus facile. Aujourd’hui je travaille en finance, avec des collègues ayant tous des bac, des CFA, des MBA. Je travaille fort encore aujourd’hui pour terminer mon BAC à temps plus que partiel. C’est mon souhait le plus cher.

Je pourrais être de ceux et celles qui souhaite voir le gel des.frais de.scolarité, je pourrais être celle qui appuie les étudiants dans cette grève qui prend des proportions ridicules.

Il n’en est rien. L’éducation c’est ce qui est le plus important à mes yeux après la santé.

Mais on oublie que tout a un coût et que rien n’est gratuit dans la vie. Si ce n’est pas moi qui paie, ça sera quelqu’un d’autre. Et indirectement c’est aussi tout le monde qui finit par payer: si c’est le gouvernement ce sont nos impôts, si ce sont les étudiants ce sont eux qui auront une moins grande dette sociale dans 20 ans. Une éducation ce n’est pas une dette, ce n’est pas une dépense, c’est UN I-N-V-E-S-T-I-S-S-E-M-E-N-T !

Si vous ne mettez pas d’argent de côté pour votre retraite, est-ce que la société doit vous payer un condo de luxe à 65ans?

Le vrai débat est de savoir jusque ou la société doit payer.  Avons-nous les moyens?  Doit-on continuer à s’endetter en tant que société et continuer de faire comme si de rien n’était?

Ça ressemble étrangement à ce que les ménages font: un surendettement.  Les gens veulent tout, tout de suite.  La tête dans le sable, on paie plus tard.

L’éducation c’est notre avenir personnel qui est en cause, c’est notre chance d’avancer et de pouvoir s’investir pendant plus de trente ans dans notre profession.

La hausse des frais de scolarité n’est pas une hausse pour faire chier le peuple.  La hausse est une réalité des coûts qui doivent être assumés pour le fonctionnement de notre système d’éducation.

Je ne dis pas qu’il n’y a pas de failles.  Il y a surement des moyens de réviser l’allocation des dépenses et des investissements, de mettre en place des comités de surveillance, de demander l’avis de la collectivité face à certains investissements.

Poursuivre le gel des frais de scolarité c’est choisir de se mettre la tête dans le sable, de croire en la pensée magique que tout se paie par le saint-esprit.

Travaillant au centre-ville, j’ai vu les manifestants des derniers jours dans les rues.  Ces manifestants ne sont pas l’image des étudiants.  Ils sont davantage l’image de voyous bien heureux de pouvoir manifester une haine contre la société en général en se défoulant devant les caméras à coup de « finger » et de grimaces à qui veut bien les regarder.

Dire que le gouvernement pousse à cela est peut-être une bifurcation des accusations à qui cela devrait revenir: les médias.

Aujourd’hui tout le monde cherche son moment de gloire et quand les caméras sont là, trop fiers d’attirer l’attention, les gestes inopportuns se poursuivent.

Le vrai mal ce n’est pas la hausse des frais de scolarité; c’est ce besoin viscéral d’une société en manque de se faire écouter, de se faire entendre et respecter.

Mais pour se faire respecter, il faut savoir respecter les autres…

Je me sens à contre courant de dire que le gouvernement Charest est peut-être un des meilleurs gouvernements que nous puissions avoir eu.  Tenir tête à la hausse des frais peut avoir un effet anti-populaire.  C’est pourtant un choix éclairé qui n’est pas abusif.

Faut arrêter de croire que tout nous est dû, que tout est gratuit.  Il faut réaliser que dans la vie, il faut travailler pour obtenir ce que l’on veut, qu’il faut des sacrifices.  Il faut sortir de son petit nombril individuel pour avoir une vision plus grande, à plus long terme.

Depuis le début, la seule chose qui me vient en tête c’est que j’ai l’impression d’assister à une génération de bébé gâté qui ne se sont jamais fait dire non pour rien.  Ben c’est ça la vraie vie: on ne peut pas tout avoir et il faut parfois accepter un NON comme réponse!

Pensez-y bien et vous m’en redonnerez des nouvelles!

Et si… la politique était vraie?

Aujourd’hui je vais parler politique…

Profitez-en car j’haïs la politique.

La politique je m’en mêle peu parce que d’abord j’y connais pas grand chose. Je n’y connais pas grand chose parce que ça m’intéresse tellement pas.

D’abord ma définition de la politique:

Depuis trop longtemps pour moi la politique équivaut à la chicane. Pas juste une bonne chicane qui fait parfois du bien mais celle là qui est bien inutile. La chicane de « mon père est plus fort que le tien », « mon gazon est plus beau que le tien ». Vous voyez le genre?

Quand on prononce le mot politique devant moi je pense tout de suite à deux gros monsieur dans un village d’antan qui n’avait pas la langue dans leur poche et qui n’était pas mieux que les autres mais savait parler plus fort.

La politique ça me rappelle le mensonge pour assouvir d’abord une soif absolue de pouvoir. On ne fait surement pas de la politique pour le bonheur des gens qui sont dans notre communauté par pur dévotion de soi et amour des autres et le désir de faire un monde meilleur…

Présentement nous sommes en pleine campagne électorale. On se fait promettre des belles choses, un monde meilleur et une situation agréable et pleins de fleurs et flafla à souhait.

Le problème c’est qu’on a pas le choix. Il faut élire quelqu’un malgré des promesses douteuses. Mais comment déceler la personne qui ment le moins, la personne la plus sincère? Celle qui saura accomplir de bonnes choses?

Moi j’ai la mémoire longue. Et Pauline Marois je me rappelle d’elle quand j’étais au Cegep et qu’elle était Ministre de l’Éducation. La pauvre conne elle en a promis des choses et pourtant on s’est retrouvé dans la merde à cette époque car elle n’a rien foutue.

D’un autre côté, c’est vrai que Charest est vague parfois dans ses réponses. Mais il est réaliste je trouve. Il ne fait pas des promesses en l’air. Il ne les tient peut-être pas tous mais y’a des choses qui se font. Et les choses parfois ne se font pas toujours juste en criant ciseaux. Ça prends du temps, des gens, des $. Ça prends du temps à connaître la machine, à se faire les bons contacts pour mettre en place des choses. Un peu comme quand nous commençons à faire un nouveau travail on se familiarise avec l’entreprise, on voit ce que l’on peut faire et apporter à la compagnie, on devient meilleur et plus expérimenté avec le temps.

La folle à Marois je ne la vois tellement pas première ministre parce qu’elle a un petit air hypocrite, une soif de pouvoir qui se lit dans ses petits yeux plissés. Elle me fait penser à une patronne que j’ai eu à un moment: une poule pas de tête qui approuvait n’importe quoi sans savoir ce qu’elle faisait. Parce que cette soif de pouvoir était là à cette patronne aussi. J’aurai bien aimé voir une femme au pouvoir pour que les choses soient différentes. Mais cette femme là, ses idéologies qui ne tiennent pas, qui sait mentir mieux que n’importe qui non je ne pourrai jamais lui faire confiance. J’aurai même peur qu’elle nous mettent un peu plus dans le trou au bout de la ligne.

Charest, c’est vrai il ne peut peut-être pas tenir toutes les promesses (mais qui les tient toutes???) mais il a une volonté d’agir, de changer les choses, il semble être une personne ouverte aux idées nouvelles, il semble être capable de prendre une décision pour le bien collectif de la population. Quand on a des décisions à prendre il y a toujours des déçus. On ne peut pas plaire à tous. Mais je pense que dans l’ensemble Charest sait plaire à une majorité de gens en essayant de combler tout le monde sans nous mettre dans la merde.

Est-ce que je me trompe?

Tellement difficile d’écrire mon idée derrière tout cela sinon que je crois que Marois est une folle, hypocrite pas de tête avec des idées qui ne font pas de sens alors que Charest semble plus posé, plus raisonné, plus logique et moins avide de pouvoir. Jusqu’à maintenant je crois que la barque n’a pas été si malmené et qu’il ne peut que continuer à s’améliorer.

On ne parlera pas ici de l’ADQ… qui pourrait prendre au sérieux Mario Dumont avec sa tête de Mr. Bean??? Quand il parle je pense toujours qu’il fait de l’humour ! Impossible de le prendre au sérieux. Ses paroles sont encore plus une grosse blague que n’importe quel politicien!!!

Le plus triste dans tout cela c’est que les arguments parfois donnés par les adversaires de Charest ne tiennent pas debout. Je pense entre autre au fameux débat sur la divulgation des chiffres de la Caisse de dépôt et Placements.

D’abord je suis d’accord que la CDP doit être géré indépendamment de la politique. Que la CDP ait perdu 20 ou même 30% dans le contexte économique actuel est-ce une faute grave? Et vous, combien avez-vous perdu dans vos portefeuilles ??? Surement autant.

Certains font paniquer la population en disant que pour couvrir les pertes il faudra cotiser plus donc on devra payer plus. Je pense que le monde comprennent mal la finance pour réaliser toute la machine qui fonctionne derrière la Bourse et les finances. Avant d’en arriver là il y a plusieurs choses à regarder dont entre autre la durée des placements, la diversité des placements et la situation économique sur une plus longue période aussi. Ce n’est pas évident. On ne peut pas juger sur une courte période de temps. Prenez en exemple que ce n’est pas parce que votre fonds dans vos REER vaut 20% de moins aujourd’hui que c’est la fin du monde pour votre retraite dans 25 voire 30 ans! Dans 6 mois, 1an ou 5 ans toute cette perte pourrait se résorber et vous en seriez quitte! Ça dépends quand l’argent doit être retiré et combien sera à être retiré. En attendant on parle d’une perte sur papier et rien de plus. Panique générale??? On se calme le ponpon, on respire par le nez et on réfléchit un petit peu plus loin en s’informant davantage que de juger sur un chiffre donné en l’air comme cela. Un chiffre peut vouloir dire tant de choses; c’est l’interprétation qu’on en fait qui diffère…

C’est donc en faisant peur au petit peuple qui connait pas grand chose que les avides de pouvoir réussissent à obtenir des votes. Parce qu’on leur dit des choses qui n’ont juste pas d’allure mais qui est là pour donner toute l’information nécessaire pour prendre une bonne décision??? Pas grand monde justement…

Alors faut pas juste se laisser influençer par les propos que les autres reprochent aux autres candidats mais d’être capable de voir ce qu’un parti puisse faire de bien, de mieux sur du long terme autre que le bitchage pour caler l’adversaire pour assouvrir sa propre soif du pouvoir…

À chacun son opinion!